Lutter contre le gaspillage alimentaire ....

... pour faire des économies ! Aujourd'hui, Mercredi 16 Octobre, première journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire.Aff50x70-Cerises cle49dbb4-d874c

A l'initiative du parlement européen, l'année 2014 a été proclamée "Année de lutte contre le gaspillage". Cette dynamique concernera tous les pays de l'Union Européenne. Il faut dire que ertains chiffres laissent perplexe à l'heure où la "crise" devrait appeler à la raison : chaque français jette en moyenne 20 Kg d'aliments par an à la poubelle dont 7 Kg de produits même pas déballés et 13 Kg de restes de repas ou de fruits et légumes non consommés (Source : Modecom - Modele de caractérisation des ordures ménagères - Ademe 2007).

Adopter certains réflexes simples au quotidien permet de réduire les déchets (tout en faisant des économies) :

- Faire un menu pour la semaine et établir en même temps la liste des courses (cela permet de résister aux promotions qui incitent à acheter trop)

- Vérifier les dates de péremption sur les emballages (DLC sur les produits frais - DLUO sur les produits d'épicerie sèche)

- Respecter la chaîne du froid (transporter les produits surgelés dans un sac isotherme)

- Privilégier les produits de saison

- Optimiser le stockage à la maison : les derniers produits achetés iront au fond du placard (les premiers consommés seront les plus anciens)

- Dans le réfrigérateur : emballer soigneusement les viandes et fromages et conserver les restes dans des boîtes hermétiques

- Cuisiner les fruits et légumes en fin de vie : une fois épluchés on peut les recycler rapidement en soupe, gratin, flan, crumble (pour les légumes) ou en compote, crumble, clafoutis, confiture (pour les fruits)

- Accommoder les restes : viande, volailles ou poissons peuvent se transformer en hachis parmentier, boulettes, agrémenter des pâtes ou une pizza ... les restes de pain constitueront des croûtons à ajouter sur les soupes (au lieu de les acheter) ou pourront être transformés en pain perdu (an ajoutant du lait et des oeufs)

Faites confiance à votre imagination, cuisinez vous-même et faites le compte de l'argent ainsi économisé !

 

Actualités

Les mutuelles qui remboursent

A l'approche des beaux jours, on a parfois envie de perdre un peu de poids et d'aller consulter une diététicienne. Nos prestations ne sont pas remboursées par la sécurité sociale mais de nombreuses mutuelles remboursent tout ou partie de nos honoraires. Je vous laisse vérifier si la vôtre vous remboursera en cliquant sur :  les mutuelles qui remboursent 

Recettes

Pour les intestins paressseux

creme pruneaux

Pour les intestins paresseux et les gourmands (ce qui n'est pas incompatible) le vous recommande de tester ma crème de pruneaux

Il faut pour deux pots : 500g de pruneaux dénoyautés - 1 sachet de sucre vanillé - un mixer 

Laisser tremper pendant une douzaine d'heures 500g de pruneaux dans un bol de thé infusé (le thé doit arriver juste au dessus des pruneaux). Ajoutez un sachet de sucre vanillé et faites cuire à petit feu avec le thé jusqu'à absorption complète du liquide.

Mixer pendant 5 bonnes minutes afin d'obtenir une crème bien lisse. Mettre en pots et conserver au réfrigérateur.

Délicieux sur les tartines du matin ou dans un yaourt nature !

Diététicien ou nutritionniste ?

Quelle est la différence entre un diététicien et un nutritionniste ?

Le diététicien est le seul professionnel para-médical formé à la nutrition et à son application pratique.

Deux filières forment aujourd'hui au métier de diététicien : BTS ou DUT.

La définition de la profession de diététicien en France est la suivante (Art. L 4371-1) "dispenser des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participer à l'éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l'alimentation, par l'établissement d'un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée."

On peut consulter un diététicien avec ou sans prescription médicale.

Habituellement attribué aux médecins le terme « nutritionniste » est un qualificatif qui n'est pas protégé en France et qui ne définit pas une profession. Un « nutritionniste » sans précision peut être un médecin mais il faut le lui demander. De toute façon, s'il est médecin, il pourra établir des feuilles de soins (ce que ne peuvent pas faire les diététiciens).

L'adjectif « nutritionniste » est accolé au terme « diététicien » afin de marquer son expertise naturelle dans ce domaine c'est pourquoi, en tant que diététicienne diplômée je me présente comme "Diététicienne Nutritionniste".

66 - 68 Rue de la Glacière -  75013 Paris - 06 81 97 67 06

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites