Catherine, 44 ans, enseignante

Cela faisait des années que j'avais des problèmes de ballonnements plus ou moins intenses et réguliers, que je supportais de plus en plus difficilement. Jusqu'à l'été dernier où c'était devenu permanent avec une constipation de plus en plus sévère.  J'avais essayé de faire un régime sans gluten, seule, sans réelle amélioration. Etant de tempérament dynamique et sportif, je faisais pourtant très attention à mon alimentation, cuisinant tout moi-même, avec beaucoup de légumes. Je n'y comprenais rien du tout, et en désespoir de cause, j'ai même commencé à devenir boulimique. Je me suis mise à manger tout et n'importe quoi, par dépit, ce qui bien-sûr ne faisait qu'empirer les symptômes. C'est le jour où une femme a voulu me céder sa place dans le métro parce qu'elle croyait que j'étais enceinte que je me suis décidée à consulter une nutritionniste.

J'ai donc choisi Florence Thorez, en faisant des recherches sur Internet, un peu au hasard, en suivant mon intuition... Cela faisait un bien fou de ne plus être seule face à mon feu digestif, et d'avoir quelqu'un qui me suivait et m'accompagnait... J'ai ainsi commencé le régime Fodmaps, et je l'ai respecté consciencieusement, motivée par la perspective de faire un bilan mensuel avec Florence pendant ces 3 mois où elle m'a suivie. J'ai donc supprimé radicalement tous les aliments susceptibles de provoquer des fermentations : aux grands maux les grands moyens ! Et cela a été radical, mes ballonnements ont cessé 3 jours après le début du régime.

Au second rendez-vous avec Florence, je lui annonce fièrement mon succès, avec un bémol : je suis toujours constipée. Florence a alors su être très attentive à ce que je lui décrivais pour me prodiguer de nombreux conseils, tout en respectant ma sensibilité et mes préférences alimentaires. En sortant de mon rendez-vous, je me sentais comprise et soutenue.

J'entame alors la deuxième phase de mon régime, celle de la réintroduction progressive des aliments suspects. Les 1ère et 2ème semaines, je teste le gluten et le lait. Aucune réaction, ça passe très bien, je n'ai pas d'intolérance à ces 2 familles d'aliments qui sont tellement stigmatisées par les médias. La 3ème semaine fut une révélation : je mange une demi-pomme, et 20 minutes après, c'était flagrant : des gargouillements, des gonflements, des renvois de pommes pendant plusieurs heures après l'ingestion. C'est elle la coupable, qui l'eut cru ? Moi qui adore les pommes, je me dis qu'elle passerait peut-être mieux en compote. Et là, miracle, en compote, ça passe, je peux donc quand-même en manger un peu sans que mon ventre proteste.

Voilà mon cheminement. Mon transit est redevenu normal, et je ne suis plus constipée. Je remercie Florence, pour ses conseils avisés, son sens de l'écoute et son adaptabilité.

Actualités

Impédancemètre

Derrière ce nom barbare "impédancemètre" se cache un appareil que j'utilise en biody ex
complément de ma balance "classique" (qui sert à prendre le poids). Cet appareil fonctionne grâce à la diffusion d'un petit courant électrique dans le corps et permet de quantifier les différentes masses qui le composent, notamment la masse squelettique, la masse maigre et la masse grasse. La masse maigre correspond à notre masse musculaire. La masse grasse à notre masse graisseuse. Lorsque l'on entre dans un processus d'amaincissement, il est capital de vérifier que celui-ci va entrainer une diminution de la masse grasse et non de la masse maigre. 

Vous connaissez sans doute la devinette suivante : "Qu'est-ce qui est le plus lourd, un kilo de plume ou un kilo de plomb ?" la tentation est grande de dire "un kilo de plomb" mais la réponse est "Un kilo est un kilo, qu'il s'agisse de plume ou de plomb". Il faut imaginer le volume que cela va prendre : le kilo de plume aura un volume beaucoup plus important que le kilo de plomb. C'est exactement la même chose avec la masse grasse et la masse maigre : la masse grasse est le kilo de plumes : elle prend plus de place que la masse maigre.

L'intérêt de l'impédancemètre est là : on se pèse sur une balance "classique" et le poids ne varie pas MAIS on a davantage de place dans son jean : c'est parce que l'on a réussi a diminuer la masse grasse. Grâce à mon appareil, cette diminution est visible (le curseur sort de la zone rouge) et cela est très stimulant ! 

Recettes

Raclette "light"

Voici venu le temps des raclettes et quand on est gourmand, il est bien difficile de raclette
résister à son appel ! Pour ceux qui le souhaitent, voici quelques astuces qui diminent la charge calorique à savoir :

- j'ai acheté le fromage chez le fromager (je vous assure que sa raclette à l'ail des ours est bien meilleure que celle que j'achetais au supermaché)

- j'ai demandé au fromager de trancher le fromage assez finement (résultat : les tranches pèse 16g versus 25g quand j'achetais au supermarché)

- je remplace les pommes de terre par des gros champignons de paris crus

- je propose du saucisson MAIS aussi de la viande des grisons, du jambon blanc, du filet mignon de porc séché et des oeufs mollets 

- je dispose toujours des tomates cerises sur la table.

Et surtout, appréciez votre raclette, le moment avec vos amis et prenez le temps de déguster. Vous serez vite rassasié (e) !

Diététicien ou nutritionniste ?

Quelle est la différence entre un diététicien et un nutritionniste ?

Le diététicien est le seul professionnel para-médical formé à la nutrition et à son application pratique.

Deux filières forment aujourd'hui au métier de diététicien : BTS ou DUT.

La définition de la profession de diététicien en France est la suivante (Art. L 4371-1) "dispenser des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participer à l'éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l'alimentation, par l'établissement d'un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée."

On peut consulter un diététicien avec ou sans prescription médicale.

Habituellement attribué aux médecins le terme « nutritionniste » est un qualificatif qui n'est pas protégé en France et qui ne définit pas une profession. Un « nutritionniste » sans précision peut être un médecin mais il faut le lui demander. De toute façon, s'il est médecin, il pourra établir des feuilles de soins (ce que ne peuvent pas faire les diététiciens).

L'adjectif « nutritionniste » est accolé au terme « diététicien » afin de marquer son expertise naturelle dans ce domaine c'est pourquoi, en tant que diététicienne diplômée je me présente comme "Diététicienne Nutritionniste".

11, Square Albin Cachot -  75013 Paris - 06 81 97 67 06

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites