Catherine, 44 ans, enseignante

Cela faisait des années que j'avais des problèmes de ballonnements plus ou moins intenses et réguliers, que je supportais de plus en plus difficilement. Jusqu'à l'été dernier où c'était devenu permanent avec une constipation de plus en plus sévère.  J'avais essayé de faire un régime sans gluten, seule, sans réelle amélioration. Etant de tempérament dynamique et sportif, je faisais pourtant très attention à mon alimentation, cuisinant tout moi-même, avec beaucoup de légumes. Je n'y comprenais rien du tout, et en désespoir de cause, j'ai même commencé à devenir boulimique. Je me suis mise à manger tout et n'importe quoi, par dépit, ce qui bien-sûr ne faisait qu'empirer les symptômes. C'est le jour où une femme a voulu me céder sa place dans le métro parce qu'elle croyait que j'étais enceinte que je me suis décidée à consulter une nutritionniste.

J'ai donc choisi Florence Thorez, en faisant des recherches sur Internet, un peu au hasard, en suivant mon intuition... Cela faisait un bien fou de ne plus être seule face à mon feu digestif, et d'avoir quelqu'un qui me suivait et m'accompagnait... J'ai ainsi commencé le régime Fodmaps, et je l'ai respecté consciencieusement, motivée par la perspective de faire un bilan mensuel avec Florence pendant ces 3 mois où elle m'a suivie. J'ai donc supprimé radicalement tous les aliments susceptibles de provoquer des fermentations : aux grands maux les grands moyens ! Et cela a été radical, mes ballonnements ont cessé 3 jours après le début du régime.

Au second rendez-vous avec Florence, je lui annonce fièrement mon succès, avec un bémol : je suis toujours constipée. Florence a alors su être très attentive à ce que je lui décrivais pour me prodiguer de nombreux conseils, tout en respectant ma sensibilité et mes préférences alimentaires. En sortant de mon rendez-vous, je me sentais comprise et soutenue.

J'entame alors la deuxième phase de mon régime, celle de la réintroduction progressive des aliments suspects. Les 1ère et 2ème semaines, je teste le gluten et le lait. Aucune réaction, ça passe très bien, je n'ai pas d'intolérance à ces 2 familles d'aliments qui sont tellement stigmatisées par les médias. La 3ème semaine fut une révélation : je mange une demi-pomme, et 20 minutes après, c'était flagrant : des gargouillements, des gonflements, des renvois de pommes pendant plusieurs heures après l'ingestion. C'est elle la coupable, qui l'eut cru ? Moi qui adore les pommes, je me dis qu'elle passerait peut-être mieux en compote. Et là, miracle, en compote, ça passe, je peux donc quand-même en manger un peu sans que mon ventre proteste.

Voilà mon cheminement. Mon transit est redevenu normal, et je ne suis plus constipée. Je remercie Florence, pour ses conseils avisés, son sens de l'écoute et son adaptabilité.

Actualités

Les journées du sans Gluten

Barometre JDSG 1

Depuis 2018, les journées du sans Gluten, autrefois "Journées de la maladie coalique" proposent à toutes les personnes qui souhaitent/ont besoin de réduire leur consommation de gluten, des conseils, des animations, des recettes. Ces journées se dérouleront cette année du 14 au 16 Mai. La journée mondiale de la maladie coeliaque est le 16 Mai. Pourquoi le 16 Mai ? parce que c'est la St Honoré, patron des boulangers ... Un pied de nez pour faire avancer le sans gluten et le diagnostic de la maladie coeliaque. Il est indispensable de faire le test de la maladie coeliaque AVANT d'arrêter le gluten (sinon le test sera négatif, les vilosités intestinales se reconstituant assez vite). Pour les adultes, le test se déroule en deux temps : analyse sanguine qui, si elle est positive, est complétée par une biopsie intestinale.  Deux associations partenaires pour les journées de 2021 en France : l'AFDIAG et l'APSSII (Association des personnes souffrant du syndrome de l'intestin irritable). Pour en savoir plus cliquez sur Because Gus, le blog des sans gluten !

Recettes

Quiche au thon sans Gluten

Pâte briséequiche 4742892 640

  • 150 g de farine de riz
  • 150 g de farine de sarrasin intégrale
  • 1 œuf (moyen à gros)
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • sel
  • ½ verre d’eau soit 10 à 11 cl

Garniture 

  • Une grosse boite de thon au naturel (200g)
  • 5 œufs
  • 2 c. à soupe de moutarde
  • 20 cl de fromage blanc 
  • 70 g de gruyère râpé
  • Herbes aromatiques de votre choix
  • Sel et poivre (attention, le thon est déjà salé)

Méthode :

Pâte brisée

Mélangez les farines et sel, puis faites un puits : versez-y l’huile. Mélangez les bords pour obtenir une pâte, puis ajoutez l’œuf battu puis petit à petit l’eau en mélangeant avec de plus en plus de et ajoutez de l’eau petit à petit. Formez une boule de pâte et mettez-la au frais.
 

Etalez la pâte sur une feuille de papier cuisson, et déposez-la dans un moule à tarte.
 

Faites cuire à blanc 10 minutes au four à 180° C.
 

Garniture

Dans un saladier, battez les œufs, puis mélangez avec fromage blanc, la moutarde, le sel et le poivre.

Disposez le thon émietté et le fromage râpé sur la pâte précuite, puis versez l’appareil.

Enfournez pour 25 minutes à 180° (prolongez la cuisson si besoin). Servez avec des crudités ou de la roquette ou du mesclun.
 
Variante : remplacer le thon par des lardons, ou du poisson fumé.

Diététicien ou nutritionniste ?

Quelle est la différence entre un diététicien et un nutritionniste ?

Le diététicien est le seul professionnel para-médical formé à la nutrition et à son application pratique.

Deux filières forment aujourd'hui au métier de diététicien : BTS ou DUT.

La définition de la profession de diététicien en France est la suivante (Art. L 4371-1) "dispenser des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participer à l'éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l'alimentation, par l'établissement d'un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée."

On peut consulter un diététicien avec ou sans prescription médicale.

Habituellement attribué aux médecins le terme « nutritionniste » est un qualificatif qui n'est pas protégé en France et qui ne définit pas une profession. Un « nutritionniste » sans précision peut être un médecin mais il faut le lui demander. De toute façon, s'il est médecin, il pourra établir des feuilles de soins (ce que ne peuvent pas faire les diététiciens).

L'adjectif « nutritionniste » est accolé au terme « diététicien » afin de marquer son expertise naturelle dans ce domaine c'est pourquoi, en tant que diététicienne diplômée je me présente comme "Diététicienne Nutritionniste".

11, Square Albin Cachot -  75013 Paris - 06 81 97 67 06

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites